dimanche 25 juin 2017

[L'étagère à univers] Prince captif t3 - C.S. Pacat

416 pages (Editions Milady – collection Littérature) - 4.5/5

ATTENTION : le résumé contient des spoilers (mais pas la chronique) !



Deux princes, une seule guerre.
La vérité a été révélée, et Damen, l’esclave du prince Laurent, doit faire place à Damianos, prince héritier d’Akielos, l’homme que Laurent a juré de tuer.
L’avenir de deux royaumes est en jeu. Cernés par l’armée de Kastor au sud et les forces du régent au nord, Damen et Laurent n’ont d’autre choix que s’allier pour reconquérir leurs trônes respectifs. Mais même si la fragile confiance qu’ils partagent résiste à la révélation de la véritable identité de Damen, celle-ci suffira-t-elle pour venir à bout de la dernière et plus impitoyable manigance du régent ?



« Tout gagner et tout perdre en l'espace d'un instant.
Tel est le sort de tous les princes destinés au trône. »


En bref... ce dernier tome est le meilleur de la trilogie, qu’il clôture parfaitement ! Tout ce qui m’avait encore gênée dans le tome précédent a été résolu ; les personnages sont encore plus attachants, et Damen prend une véritable place. Il se laisse moins dominer, même si Laurent est toujours celui qui tient les rênes, à mon plus grand plaisir.


A peine le deuxième tome terminé, j’ai débuté la lecture de celui-ci : cette saga est vraiment un coup de cœur ! Pour en faire un petit bilan, le premier tome m’avait séduite, mais sans plus, le deuxième tome avait été un coup de cœur, même si quelques éléments me manquaient toujours, et le troisième et dernier tome m’a complètement conquise ! Il est rare que j’apprécie plus les tomes suivants que le premier, mais cette trilogie forme véritablement un tout ; elle va crescendo parce que l’on intègre l’intimité et la psychologie des personnages au fil des tomes ; le lecteur en apprend sur eux en même temps qu’ils se découvrent entre eux ou en eux, et donc certaines émotions et révélations ne peuvent se produire dès le premier tome, ce que je n’ai compris qu’à la lumière de la saga dans son intégralité...

Pour cette raison, il peut-être intéressant de lire tous les tomes les uns après les autres, sans coupure ; l’intrigue ne fait pas de pause entre les tomes, mais reprend exactement là où on l’a laissée à la fin du tome précédent. C’est le cas pour ce tome 3 où Damen est censé rejoindre Laurent pour mettre en œuvre le plan qu’ils ont imaginé dans le tome 2 afin de contrer l’oncle de Laurent. Etant séparés, dans des circonstances ne leur permettant pas de se rejoindre immédiatement, le début est un peu long malgré l’action car, vous l’aurez compris dans mon avis du tome précédent, la relation entre Laurent et Damen est ce qui m’a le plus attirée. La surprise est alors néanmoins que quelques scènes se déroulent du point de vue de Laurent ; alors que l’on avait appris à le connaître à travers les yeux de Damen, on entre complètement dans sa tête : il perd -malheureusement- une part de son mystère et pourtant, il dévoile certains traits de sa personnalité, insoupçonnés jusque-là. Je n’ai pas réussi à déterminer s’il les avait cachés depuis le début, ou s’il avait acquis cette sorte de sauvagerie par le contact avec Damen.

La suite de l’intrigue concerne la lutte contre l’oncle de Laurent ; je peux d’ores et déjà vous dire qu’elle résout bien tous les conflits latents depuis le premier tome. En revanche, est insérée ici une intrigue secondaire concernant Jokaste et l’enfant qu’elle attend, et je dois dire que je n’en ai pas vu l’utilité, notamment au vu du dénouement.

Mais, encore dans ce tome, c’est surtout la relation Lauren-Damen qui m’a intriguée. On les trouve ici égaux et sans filtre ; pour autant, ils sont moins intimes et complices. Les réserves, couplées aux révélations, donnent un air de vraisemblance à leur relation. C’est un nouvel équilibre qui s’installe et, même s’ils se connaissent déjà bien, on a l’impression qu’ils ont tout à réapprendre l’un de l’autre ! Individuellement, j’ai toujours préféré Laurent, d’autant qu’il était encore moins distant, énigmatique, mais aussi moins parfait : il montre des failles dans son armure, ce qui le rend véritablement humain, et non comme le dieu blond auréolé du premier tome. Damen a également évolué ; il a véritablement son mot à dire et prend des initiatives parfois salutaires pour tous. Je crois que c’est l’un des couples de littérature que je préfère ! Etonnamment, je viens de me rendre compte que l’oncle de Laurent qui a un rôle important est toujours dénommé ainsi : l’oncle de Laurent, sans identité propre, distincte de Laurent... ça me laisse de quoi réfléchir !

J’ai adoré retrouver dans ce tome toutes les émotions du tome précédent, voire même davantage, comme la jalousie, la rivalité même mais toujours avec une pointe de tendresse. C’est ce que cette lecture a de plus réjouissant : elle mêle à merveille des sentiments opposés, et l’on n’est jamais rassasié de ce cocktail !

C’est vraiment avec regret que j’ai posé ce livre (enfin, ma liseuse), mais cette trilogie m’aura incontestablement marquée ; je ne manquerai pas de la relire pour ressentir tout ce que le livre a à offrir. Vous comprenez donc bien que je conseille cette saga qui, malgré la fantasy, a un air criant de vérité à travers ses personnages.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire