mardi 19 septembre 2017

Top Ten Tuesday #16

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.

Cette semaine, le thème est :
Les 10 livres dont vous aimeriez réécrire la fin

Il s'agit là d'un thème vraiment intéressant, mais difficile. Parfois, on déteste la fin d'un livre mais, après coup, on se rend compte que cette fin qui nous déplaît est parfaite pour l'intrigue... Dans tous les cas, voici quelques fins que j'aurais aimé changer (en faisant attention de ne pas spoiler, bien sûr !).



1- La cave, de Natasha Preston : si vous avez lu mon avis (sinon c'est ici que cela se passe), vous savez que je n'ai pas aimé la fin... en revanche, je ne sais pas comment je l'aurais préférée, mais celle-ci ne me plaît pas.

2- Le souffle des feuilles et des promesses, de Sarah McCoy : la fin est trop rapide, mal amenée... je n'ai pas été convaincue... (mon avis est ici)

3- La saga Divergente, de Veronica Roth : soyons clairs, j'adore l'idée de base de cette saga, le tome 1 étant d'ailleurs un de mes livres préférés... et le destin de l'héroïne est parfaitement logique selon moi, donc ce n'est pas pour cela que la fin ne m'a pas plu ; le troisième tome dans son ensemble m'a semblé tiré par les cheveux, alors qu'il aurait sûrement été possible d'amener les différents éléments... autrement.



4- La couronne (cinquième tome de la saga La Sélection), de Kiera Cass : la fin est trop prévisible et rapide. Cette saga reste une de mes préférées, mais pas cette fin...

5- Jamais plus, de Colleen Hoover : je n'ai pas vraiment compris cette fin ; il y a trop de choses restées en suspens à mon goût. Nuance : je ne compte pas les pages de remerciements comme la fin du livre, sinon cette romance ne devrait pas figurer dans cette liste (les pages de remerciements sont géniales !).

---

Je n'ai encore jamais triché dans ces TTT ; cette fois-ci, j'aimerais changer quelques petites choses en faisait de cette deuxième partie du TTT un Top 6 (parce que je me permets de tricher comme je veux) des meilleures fins de livres...



1- Before I fall, de Lauren Oliver : cette fin m'a complètement bouleversée ; on la sent venir, mais la lire est juste par-faite ! (mon avis complet ici)

2- Hunger Games, tome 3 : La révolte, de Suzanne Collins : je pense qu'il s'agit d'un de mes épilogues préférés

3- Tes mots sur mes lèvres, de Katja Millay : parfaitement dans la continuité du roman, cette fin est parfaite !



4- Les Âmes vagabondes, de Stephenie Meyer : sans conteste l'un de mes livres préférés, dont la fin ne peut que satisfaire tout le monde (peu importe la "team" à laquelle vous appartenez #ianandgabby) !

5- Dix petits nègres, d'Agatha Christie : si le livre dans son intégralité est génial, cette fin est réellement magistrale (on parle d'Agatha Christie, après tout) !

6- Avant toi, de Jojo Moyes : si la fin est bouleversante, elle est parfaite !


Et vous, quels sont les fins de livres que vous aimeriez changer ?
Et celles que vous vénérez ?
Dites-moi tout...

lundi 18 septembre 2017

[L'étagère historique] Le souffle des feuilles et des promesses - Sarah McCoy

334 pages (Editions Michel Lafon) – 3.5/5


Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Sous des abords arrogants et rustres, il est en fait d’une compagnie agréable.

Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de xixe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit.

Commence alors un chassé-croisé, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre et la France. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens ne font que croître. Le destin les réunira-t-il enfin ?


« C’est l’amour qui doit te guider, pas la peur, mon fils. C’est notre seule certitude. »


En bref... cette lecture m’a beaucoup plu, malgré quelques points négatifs. Les deux personnages principaux, et même les secondaires, sont attachants ; on ne s’ennuie jamais avec eux. L’ensemble du livre est amusant, autant par les événements qui surviennent que par les répliques des personnages. Malheureusement, j’aurais aimé que la romance soit menée différemment.


Cette lecture a été vraiment étonnante. Alors qu’un autre des livres de l’auteur traîne encore dans ma PAL, je remercie NetGalley et les éditions Michel Lafon de m’avoir permis de découvrir ce livre original. C’est tout d’abord la couverture qui a attiré mon attention. Elle reflète une époque que j’affectionne ; elle est visuellement harmonieuse et peut évoquer le titre (à travers le terme de « promesses »). Egalement, le titre m’a complètement emballée ! Il est très poétique et donne l’image d’un joli voyage ; il est aussi dans la lignée des ouvrages précédents de Sarah McCoy qu’il me tarde de découvrir.

Le livre est d’une grande originalité : l’histoire est narrée selon deux points de vue –ceux des personnages principaux, évidemment– successifs racontant soit des scènes identiques s’ils les ont vécues ensemble, ou complètement différentes lorsqu’ils sont séparés. Normal, me direz-vous, si ce n’est que les scènes de séparation peuvent se prolonger sur plusieurs mois, voire un année complète. Malgré cette durée, on ne s’ennuie à aucun moment tellement leurs aventures sont drôles et bien narrées, même si je dois avouer que mes moments préférés étaient ceux dans lesquels ils sont réunis.

Au-delà de l’intrigue, l’originalité se trouve dans la structure même du récit. En effet, quelle n’a pas été ma surprise de découvrir une partie du livre dans un style épistolaire. Or, le roman épistolaire est une de mes formes favorites, que je trouve malheureusement trop rare en littérature.

Tous ces éléments m’ont totalement convaincue ! En comparaison, d’autres parts du livre m’ont paru plus plates, banales. D’abord, la romance ; étant friande des romances historiques, ce genre d’histoires ne pouvait que me plaire. Cependant, elle est bien trop prévisible, et ce dès le début, d’autant plus que les personnages ne semblent pas vouloir sortir de leur aveuglement (par rapport à leurs sentiments respectifs), qui perdure jusqu’à une fin que l’on ne voit pas arriver. Non pas qu’elle soit réellement surprenante ; elle est plutôt mal préparée et donc précipitée, ce qui ne laisse pas le meilleur aperçu du livre pour conclure.

Ce que l’on retient néanmoins de ce livre reste les personnalités des personnages. Les deux protagonistes sont attachants et pleins d’humour. J’ai adoré la façon dont tous deux ont une pensée très moderne, à la fois féministe et libérée. Même lorsqu’ils restent séparés pendant une longue période, leurs retrouvailles ne marquent pas de différences par rapport au moment du départ ; c’est comme s’ils ne s’étaient jamais quittés ! Parlons d’Hallie Erminie : j’ai beaucoup aimé son personnage et sa détermination à être reconnue comme un réel écrivain. Elle a un caractère bien affirmé, et elle est drôle. En revanche, Post est plus sec et pragmatique. Il n’a pas une grande considération pour les femmes mais, malgré cela, j’ai apprécié qu’il reconnaisse le talent d’Hallie Erminie. Il est ambitieux et ses aventures au Canada ont été complètement dépaysantes (on avait l’impression d’y être grâce à de superbes descriptions) et j’ai adoré son sarcasme.

Le style est fluide, mais pas exceptionnel. Il contribue à la modernité de l’intrigue. J’ai apprécié que le style d’écriture et les émotions transmises au lecteur soient réellement différentes selon le narrateur (parfois, des émotions étaient communiquées même dans le style plus froid et détaché de Post). Cela me donne envie de découvrir d’autres livres de cet auteur !

En somme, j’ai passé un excellent moment en lisant cette romance assez surprenante, prévisible mais agréable, même si la fin ne m’a pas plu. Je remercie encore NetGalley et les éditions Michel Lafon de m’avoir permis de lire ce livre et de rencontrer Hallie Erminie et Post.




C'est lundi, que lisez-vous ? #15

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Ma lecture de la semaine passée


J'ai terminé cette semaine un seul livre mais, pour ma décharge, j'ai fait ma rentrée et il me faut encore trouver mon rythme ; de plus, mon habitude d'avoir plusieurs lectures simultanées a joué un peu contre moi cette semaine...

En tout cas, j'ai terminé ma lecture commune avec Eléonore (du compte bookstagram @booksfire) qui s'est super bien passée du premier tome d'Outliers, de Kimberly McCreight. Cette lecture a été vraiment surprenante, dans le bon sens, malgré quelques incrédibilités (incohérences presque...). En tout cas, aucune longueur !


Mes lectures en cours



LC avec Salma (@livres_libros_fr_es) : L’été s’annonce mouvementé pour Kylie. Après un enchaînement de catastrophes, ses parents l’envoient dans une colo spécialisée pour adolescents marginaux. Ou plutôt hors du commun : ici cohabitent sorciers, vampires et autres créatures de la nuit. Tous sont persuadés que Kylie n’est pas là par hasard… Sa présence aurait-elle un lien avec le rôdeur fantomatique qui la poursuit sans répit ? Kylie tente de comprendre sa véritable nature. Et comme si sa vie n’était pas assez compliquée, Derek, un être féerique, et Lucas, un loup-garou irrésistible, semblent tous deux déterminés à la séduire. Alors qu’elle cherche sa place dans ce nouveau monde, Kylie saura-t-elle accepter qui elle est vraiment ?






À 150 années de distance, un jeune esclave enfui d’une plantation du Sud des États-Unis et son descendant, un Américain d’aujourd’hui, entament une traversée. Des montagnes aux vastes plaines, des marécages aux grands fleuves, Billy marche sans répit, traqué par un chasseur d’esclaves. Son but, son étoile : conquérir sa liberté. D’une petite chambre new-yorkaise aux quartiers bourgeois de Bordeaux, Jasper avance dans les pas de son ancêtre. Sa quête : comprendre qui il est.



Mes prochaines lectures



Et vous, que lisez-vous ?

mercredi 13 septembre 2017

[L'étagère à univers] La Passe-miroir t2 - Christelle Dabos

550 pages (Editions Gallimard – collection Jeunesse) - 4.5/5




Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.




« C'est de votre cœur qu'il a réellement besoin, pas de vos mains. »


En bref... un tome meilleur que le précédent, avec plus d’action grâce à une intrigue plus policière, même si l’on ne perd pas le fil conducteur de l’histoire. Les personnages sont de plus en plus attachants, surtout avec cette fin qui fend le cœur.


Comme vous avez pu le voir dans ma chronique du premier tome, ce livre n’avait pas été un coup de cœur comme pour tant de personnes. Cependant, je dois dire que ce deuxième tome m’a complètement embarquée dans cet univers fantasque et magique. Ce qui m’avait d’abord rebuté dans le premier tome a totalement disparu ici : les longueurs du début. On connaît l’univers dans lequel s’installe l’intrigue, et celle-ci continue dans ce deuxième tome, de façon totalement surprenante parce qu’elle tourne en une enquête policière suite à la disparition d’invités du Clairdelune (d’où le titre du second volume...). Cela est totalement captivant ! Il n’y a pas de temps mort dans l’action, et même les quelques scènes plus « détendues » sont envoûtantes. J’ai adoré ma lecture, dans laquelle je ne me suis pas du tout ennuyée contrairement au premier tome, et l’auteur a su faire preuve d’encore plus d’originalité en développant des éléments de l’univers seulement abordés auparavant (toute la conception des fabuleux sabliers m’a bluffée).

Il s’agit donc d’une enquête, et donc la quête d’un suspect. Autant vous dire que j’ai pensé à tout le monde, ou presque, puisque le coupable a bien sûr été quelqu’un que je n’avais pas soupçonnée... Volontairement, l’auteur entretient le suspense de façon à donner des révélations ponctuelles, non seulement à l’enquête policière, mais aussi à l’intrigue générale... c’est vraiment ingénieux de sa part ! Ainsi, au-delà de la découverte des disparus, la découverte du but d’un mariage entre Ophélie et Thorn se profile. Certains éléments sont révélés, et on en sait davantage sur de nombreux personnages. Paradoxalement, en même temps que certains secrets sont révélés, le mystère s’approfondit et s’épaissit, et de nouvelles questions apparaissent. Ce talent de Christelle Dabos de fournir autant de non-réponses me donne encore plus hâte de lire le tome suivant !

Je me suis encore plus attachée à nos deux personnages principaux. Même si l’on sent bien qu’Ophélie a changé depuis son arrivée au Pôle, elle m’inspire toujours de la pitié. Elle s’épaissit, mais pas assez à mon goût. Pourtant, je suis consciente qu’elle affronte sciemment Farouk, mais il y a toujours un quelque chose que je n’ai pas encore identifié qui m’empêche encore de l’apprécier vraiment. Par contre, Thorn, le froid Thorn est tellement mystérieux ! Il s’est dévoilé dans ce tome, s’est mis à nu devant Ophélie (au sens figuré, bien sûr), et cela m’a beaucoup émue. C’est également dans les moments de dénuement émotionnel le plus total que l’on ressent le plus d’émotions... que de contradictions dans ce livre ! Alors cette fin... ! Comment peut-on nous laisser ainsi ?!

Certains personnages secondaires, comme la tante Roseline ou Archibald, deviennent de plus en plus intéressants. La tante Bérénilde m’a également paru plus humaine. Farouk est également très présent dans ce tome, et on sent qu’il le sera encore davantage par la suite (il est au cœur de l’intrigue principale, à moins que ce soit l’ensemble des Esprits de famille et de leur Livre ?). En tout cas, il y a une véritable évolution par rapport au premier tome, et l’attachement se fait progressivement.

L’écriture m’a moins surprise que le premier tome. Je dirais même que je l’ai presque appréciée. Elle colle parfaitement aux images de vapeurs d’opium que j’imaginais à certains moments. Même si l’univers est toujours aussi original, avec le déplacement des Arches, les roses des vents encore plus présentes (c’est peut-être mon élément préféré de l’univers), j’ai été moins dépaysée.

Les passages les plus intrigants du livre ont été ceux écrits du point de vue d'un narrateur inconnu... jusqu'à la fin. J'ai adoré ces quelques pages, qui laissaient planer tant de suspense ! Bref, rien que pour ça, ce tome est jusqu’à présent mon préféré de la saga, proche du coup de cœur (mais pas encore). Certaines scènes m’ont collé des frissons, mais pas encore assez à mon goût.

mardi 12 septembre 2017

Top Ten Tuesday #15

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.

Cette semaine, le thème est :
Les 10 maisons d'éditions qui prennent le plus de place dans votre bibliothèque

Après un petit décompte, j'ai pu établir un rapide classement :

1- Le Livre de Poche : évidemment, car c'est dans cette édition que j'achète la plupart des classiques que je lis, ainsi que quelques romans contemporains.



2- Robert Laffont - collection R : concernant les dernières parutions, cette collection est une de mes préférées ! Même si tous leurs livres que j'ai pu lire ne m'ont pas convaincue, certaines sagas font partie de mes préférés (La Sélection, Phobos, ...) !



3- Pocket Jeunesse : mon autre collection préférée pour les nouveautés, avec de véritables merveilles (Une braise sous la cendre, Hunger Games, Les filles de l'Olympe) et tant de livres qui me font envie !



4- Milady/Bragelonne/Castelmore : ahhhh ! Ma collection préférée pour la romance (certes, il y a aussi les éditions Hugo & cie qui lui font concurrence) et la fantasy ! Avec toutes ses collections, Bragelonne ne peut que me plaire (et puis Les Sept royaumes et Prince captif, quoi !).


5- Milan : parmi le large catalogue des éditions Milan (avec l'ex-collection Macadam), je n'ai été que rarement déçue ! C'est toujours un plaisir de foncer sur leurs nouveautés !



6- Folio : autre édition parfaite pour les classiques (et pas que d'ailleurs) !



7- J'ai lu : j'adore leur format semi-poche ! Et même si je n'ai pas plus d'arguments, j'aime bien cette édition.



8- Nathan : une édition plus jeunesse qui a publié des livres que j'aime beaucoup (Divergent, ou es-tu ?).



9- Michel Lafon : je n'ai pas beaucoup de livres de cette édition, mais elle a au moins publié Les ailes d'Alexanne que j'aime d'amour (au moins le premier tome) !



10- Gallimard : certes moins présente dans ma bibliothèque, les éditions Gallimard ont publié certains livres qui m'ont bien plu ou que j'aimerais beaucoup découvrir !



Et vous, quelles sont vos éditions favorites ?

lundi 11 septembre 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? #14

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?



Mes lectures de la semaine passée


J'ai fini la semaine dernière la relecture du premier tome de The Mortal Instruments de Cassandra Clare, en LC sur Instagram. Si, au début c'était vraiment mal parti, car je n'arrivais vraiment pas à entrer dans cet univers. Je me suis accrochée et même si les personnages ne sont pas ultra attachants, ils ont réussi à me captiver dans le dernier tiers du livre.

Et j'ai ENFIN fini Le soleil est pour toi de Jandy Nelson, mais si j'ai mis du temps à le lire, c'est dans le bon sens ! J'ai adoré, j'ai profité de ma lecture, parce qu'elle est bouleversante. Il y a du suspense, les personnages sont attachants et j'avais toujours envie d'en lire plus. Le seul point négatif (et c'est ce qui m'a ralentie je pense) est la longueur des chapitres...


Mes lectures en cours


En LC avec Eléonore (@booksfire)

Un conseil : suivez votre instinct. 
Tout commence par un texto : Wylie, stp, j'ai besoin de ton aide.
Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire à son amie... Qu'est-elle partie faire dans les denses forêts du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ?
Aidée de Jasper, le petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour se lancer à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment ne faiblit pas, loin de là : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l'équilibre du monde ?






Mes prochaines lectures




Et vous, que lisez-vous ?


dimanche 10 septembre 2017

[L'étagère dramatique] Quelqu'un qu'on aime - Séverine Vidal

205 pages (Editions Sarbacane) - 4/5


Matt a un projet fou : refaire avec son grand-père Gary la tournée d’un crooner mythique des années 50, Pat Boone. Un road-trip pour rattraper au vol les souvenirs qui s’échappent…

Mais rien ne se passera comme prévu ! Peu avant le départ, Matt apprend qu’il est le père d’une petite Amber de 18 mois – et qu’il doit s’en occuper pour quelques semaines. À l’aéroport, une tornade s’annonce : les avions ne décollent plus. Matt, Gary et le bébé grimpent à bord d’un van de location… et, ultime surprise, deux personnes les rejoignent : Luke, ado en fugue, et Antonia, trentenaire prête à changer de vie.

Tous ensemble, ils font cap vers l’Ouest du pays. Arizona, Californie, Nevada, sur la piste du passé, des souvenirs et autres histoires bien vivantes. On les suit, d’étape en étape, tandis qu’ils commencent à former une tribu bancale, une petite famille folle et joyeuse, réunie autour de Gary.


« On a tous laissé quelque chose en partant. Toi, gamin, t’as laissé quoi derrière toi ? »


En bref... la lecture de ce livre m’a fait du bien. L’histoire est pleine d’espoir, les personnages sont attachants et certaines phrases m’ont collé les frissons et la larme à l’œil. Alors même si ce n’est pas un grand coup de cœur pour quelque chose de transcendant, je me souviendrai de la douceur avec laquelle le livre m’a transportée dans un ailleurs plus beau que la réalité.


Même si ce livre est axé jeunesse, tout le monde est capable d’apprécier la couverture, à la fois élégante et pleine de douceur. Le titre aussi provoque le même effet ; rien que ça, et je ressens déjà les ondes feel-good du livre. Cela se confirme par la lecture de ce petit livre – lecture rapide au vu de la longueur, mais qu’il vaut mieux faire prolonger pour l’apprécier pleinement.

Si l’intrigue n’est pas trépidante (il ne se passe pas grand chose à vrai dire, si ce n’est les étapes de leur road trip), l’intérêt du livre se comprend par les personnages et les changements que la rencontre provoque en eux et entre eux. Certaines scènes sont en effet touchantes ; cela passe souvent par des petites phrases distillées ici et là dans le livre et qui sont BOULE-VER-SANTES ! Et, les trois quarts du temps, elles concernent les relations entre les personnages.

La fin m’a partiellement surprise ; elle est logique, elle pouvait être envisagée, mais je ne pensais pas que l’auteur opterait pour un tel dénouement. Après coup, on se rend compte qu’elle est parfaite pour garder cette douceur et le bien-être que cette lecture procure. Egalement, on peut mentionner la morale du road trip, qui m’a beaucoup fait rire : ne jamais idolâtrer quelqu’un que l’on ne connaît pas réellement !

Mais, ce qui m’a le plus émue est le chemin intérieur que chaque personnage parcourt, dont le road trip est la métaphore. Chaque personnage a une histoire unique, mais tous vont changer suite à leur aventure collective. Je serais incapable de vous dire quel personnage m’a le plus touchée ; je pense que cela se joue plutôt en groupes. Matt et sa fille sont mignons ensemble ; même s’il débute le livre, il n’est pas très présent dans le reste de l’intrigue. En revanche, sa relation avec Gary est extra : malgré la maladie, Gary semble toujours aussi proche de Matt. On en arrive alors aux deux relations que j’ai préférées ! D’abord, Luke et Antonia : j’ai beaucoup aimé la façon dont ils se comprennent sans trop se parler, dont ils semblent complémentaires. Les deux sont différents, et pourtant ils transmettent des émotions chaleureuses. Ensuite, Luke et Gary est probablement mon duo préféré : Luke est comme le petit-fils spirituel de Gary et, même si l’on sent bien que Matt est vraiment de la même famille que Gary, lui est plus familier, Gary souhaite sincèrement aider Luke à se trouver lui-même.

Un thème essentiel du livre est la maladie d’Alzheimer. On connaît les ravages qu’elle peut faire, ainsi que les différentes façons dont elle peut affecter les individus. Chez Gary, on la perçoit progressivement au fil des pages ; elle est abordée de façon réaliste, étant ainsi au cœur des scènes les plus dures et les plus dramatiques. Malgré cela, j’ai aimé la façon dont le sujet est traité. Alors que, dans la plupart des livres abordant la maladie, le thème est dramatisé, ce petit livre donne espoir ; surtout, il incite à ne jamais perdre espoir, car, comme Gary, on reste toujours maître de son destin.

Enfin, le dernier point dont je souhaite parler est le style d’écriture. J’avoue ne pas avoir été emballée au début, parce qu’il faut savoir que c’est un style indirect libre et que le récit est narré à la troisième personne ; les deux combinés, je n’aime pas tellement. Puis, à partir du moment où, dans certains passages, les mots ont été vecteurs d’une telle quantité d’émotions, je n’ai pu qu’accepter le fait que le style d’écriture colle parfaitement à l’histoire et à sa douceur : laissez-vous transporter par cette lecture !

mercredi 6 septembre 2017

[L'étagère romantique] Another story of bad boys t1 - Mathilde Aloha

600 pages (Editions Hachette) - 3.5/5




Liliana Wilson ne pensait pas qu'en intégrant la célèbre université de Los Angeles : UCLA, sa vie allait autant changer.
Elle voyait son avenir déjà tout tracé : obtenir d'ici quelques années un diplôme en journalisme d'une des meilleures universités du monde puis parcourir le monde.
Tel était le futur auquel elle se destinait. Mais une rencontre dans la cité des anges, appelée Cameron va venir tout bouleverser, ses plans comme sa vie.
Comment cette histoire se finira-t-elle ?



« Il n'y a qu'un seul moyen pour savoir ce que tu représentes vraiment pour lui. Si tu es juste un jeu ou bien plus que ça. »


En bref... c’est une lecture agréable, parfaite pour l’été. L’originalité n’est pas ce qui domine, malgré quelques surprises, mais les personnages attachants et la jolie narration suffisent à rendre ce livre efficace et addictif.


La première chose que je retiens de cette lecture est la vitesse à laquelle je l’ai expédiée ; en effet, j’ai lu ce pavé en une nuit, et cela sans m’en rendre compte le moins du monde ! Ce livre est tout simplement AD-DIC-TIF ! L’intrigue est « basique », dans le sens où de nombreux éléments se retrouvent déjà dans la plupart des romans du genre (l’université, la rentrée, le déménagement), mais cela reste efficace grâce à un rythme entraînant. L’histoire s’écoule sans que l’on ne voie les pages (mêmes virtuelles) se tourner. Il y a de multiples étapes dans le roman, divers rebondissements, et l’on ne s’ennuie jamais ! L’intrigue est assez axée sur la romance, et cela en fait une lecture légère (malgré un certain passif que l’on découvre peu à peu) parfaite pour l’été, ou pour la rentrée, dans un style fluide à souhait.

Cependant, au-delà d’un cadre classique que j’affectionne, d’autres éléments que j’ai su apprécier font la particularité du roman. Tout d’abord, la collocation a été une agréable surprise (pas en elle-même, mais en son originalité) et un grand suspense entoure les activités obscures de la bande de garçons. J’aurais aimé que ce dernier point soit plus développé, mais je suppose que ce premier tome avait pour but de se concentrer sur Lili, et cela sera abordé dans le tome suivant... en tout cas cela me donne vraiment envie de lire la suite !

En tout cas, le gros point positif de ce livre est l’attachement que l’on ressent pour ses personnages ! Liliana (que j’aime ce prénom !) est pleine de vie ; elle ne pense pas qu’à faire la fête, mais sait se détendre, donc elle est vraiment l’héroïne parfaite ! L’avantage d’avoir peu de personnages féminins est que l’attention du lecteur est concentrée sur eux, d’autant que l’intrigue joue sur le contraste entre Lili et sa meilleure amie Amber, bien plus délurée ; je n’ai pas aimé ce dernier personnage, évidemment, mais je pense que cela est l’intention de l’auteur. En comparaison, les personnages masculins m’ont paru plus stéréotypés, bien que sympathiques. Evan est adorable, naïf par moments ; Cameron est le bad boy par excellence ; les autres sont plus effacés. L’évolution des relations entre les personnages (notamment entre Lili et Cam) est assez prévisible, mais cela reste charmant.

Quant à la fin, j’avoue qu’en écrivant cette chronique un mois après ma lecture (j’ai BEAUCOUP de chroniques en retard, oui !), je n’arrive pas à m’en souvenir. Après que @pauline_books_ (profil Instagram) me l’a rappelée, il est vrai qu’elle laisse une certaine dose de suspense mais, comme vous l’aurez remarqué, elle n’est pas non plus marquante. Dans tous les cas, vous passerez forcément un bon moment de détente en compagnie de ce livre, alors n’hésitez plus tant que le soleil est encore là – et en ce jour de rentrée scolaire, ce livre est de circonstance !

mardi 5 septembre 2017

Top Ten Tuesday #14

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre Top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e édition sur le blog de Frogzine, où vous pouvez retrouver le récapitulatif des liens.

Cette semaine, le thème est :
Les 10 trucs trop cool dans Harry Potter


Qui ne connaît pas encore Harry Potter ?! C'est à ces personnes-là que ce Top s'adresse, pour les inciter à découvrir cette saga incontournable !

1- L'univers et son originalité : c'est la base d'Harry Potter, quand même ! Comme dans tout livre, l'auteur a créé un environnement à l'histoire ; ici, c'est un univers plein de détails que l'on peut découvrir, tellement que l'on peut s'y perdre... Et, pour moi, Harry Potter est la saga fantastique par excellence, qui a donné l'impulsion à la généralisation du genre.

2- La magie, parce que l'on ne perd jamais l'espoir dans trouver dans ce monde si obscur...

3- Les personnages fous : Bellatrix Lestrange, Dolores Ombrage, le professeur Trelawney, Nymphadora Tonks, les jumeaux Wesley, Luna... tous ces personnages atypiques, tirant parfois àla caricature ajoutent du piment à l'intrigue parfois très sérieuse.

4- Les prophéties : en parlant du professeur Trelawney, j'adore le fait que les prophéties sont destinées à s'accomplir, et que l'intrigue est parfois rythmée par elles. Et puis la salle du Ministère de la Magie qui regroupe toutes les boules de cristal contenant les prophéties est magnifique !

5- Les références : que ce soit le "conte des Trois frères" de Beedle le Barde ou les ouvrages cités comme le bestiaire de Norbert Dragonneau, ils permettent d'élargir l'univers des livres stricto sensu à d'autres... de quoi produire des spin-offs !

6- La Salle sur demande : emblématique du tome 5, puis récurrente dans les tomes suivants en raison de la chasse aux Horcruxes, la Salle sur demande a l'air vraiment pratique !

7- La Carte du Maraudeur et la cape d'invisibilité : ce sont certes deux objets différents, ils s'utilisent de paire dans mon esprit, notamment pour vagabonder tranquillement dans des lieux improbables du château sans avoir besoin de guetteur !

8- Les escaliers qui bougent tout seuls (et en général Hogwarts/Poudlard) : chapeau bas à l'architecte de Poudlard, parce que j'ai du mal à me faire un plan du château... et parce que je n'en ai pas encore découvert sur Terre, les escaliers vivants sont un élément d'architecture que j'adorerais essayer !

9- Les tableaux vivants : vraiment un élément amusant, que l'on peut étendre aux photos, mais un tableau, c'est plus classe. Ainsi, personne ne disparaît jamais vraiment, et ce même après la mort.

10- Les Horcruxes et les Reliques de la mort : tous ces éléments sont marquants de la fin de la saga, alors qu'elle est devenue plus mature et complexe, et l'écriture plus développée. Alors, oui, j'ai adoré cette fin, mais aussi cette façon que J.K. Rowling a eu d'insérer peu à peu ces éléments dans l'histoire, et ce tout au long de la saga !

Et tant d'autres choses, comme la Pensine, Hermione, Drago, Fumseck, Hedwige, le retourneur de temps, le Chemin de Traverse, les baguettes, et j'en passe...


Et vous, que préférez-vous dans Harry Potter ?

lundi 4 septembre 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? #13

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Je sais que le dernier CLQLV remonte à plus d'un mois et, bien que j'aurais pu faire celui de la semaine dernière, je préfère vous renvoyer à mon bilan d'août ! J'ai fait une bonne pause dans les chroniques, ce qui m'a permis de lire davantage. En conséquence, j'ai beaucoup de chroniques à rattraper, et donc moins de temps pour lire cette semaine...

Mes lectures de la semaine passée


Vous pouvez retrouvez des avis partiels sur ces trois livres dans mon bilan d'août !


Mes lectures en cours



Noah et Jude sont plus que frère et soeur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l'exubérante, la casse-cou, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd'hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés. Jusqu'à ce que Jude rencontre un beau garçon écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur... Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.



New York, de nos jours. Au cours d’une soirée, Clary, 15 ans, est témoin d’un meurtre. Elle est terrifiée lorsque le corps de la victime disparaît mystérieusement devant ses yeux… Elle découvre alors l’existence d’une guerre invisible entre des forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres. Le mystérieux Jace est l’un d’entre eux. À ses côtés, Clary va jouer dans cette aventure un rôle qu’elle n’aurait jamais imaginé.

(en Lecture commune avec Texane du compte Instagram @lina_elfe_livre)






En 1968, le mari de Claire Beauchamp-Randall vient de mourir. Elle emmène sa fille Brianna en Écosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle avait transporté dans le temps, dans l'Écosse du XVIIIe siècle. Et voilà que l'incroyable se produit de nouveau. Claire retrouve l'Écosse où son jeune époux Jamie est devenu hors-la-loi. Ensemble ils réussissent à gagner Paris et vont à la rencontre du prétendant au trône d'Écosse et d'Angleterre, Charles-Édouard Stuart. Leur but : changer le cours de l'histoire.




Mes prochaines lectures




Et vous, que lisez-vous ?

dimanche 3 septembre 2017

[L'étagère à mystères] Le berceau de la peur - Louise Voss & Mark Edwards

482 pages (Editions AmazonCrossing) - 4/5


La première enfant a été enlevée chez elle.
Le deuxième, dans la voiture de sa mère.
Et la troisième, dans sa propre chambre à coucher…
Lorsqu’un soir, Helen et Sean Phillips sortent en laissant leur fille aînée de 15 ans garder sa petite sœur Frankie, ils ignorent qu’ils s’apprêtent à vivre le pire cauchemar de tous les parents.
Quand l’enquête démarre, l’inspecteur principal Patrick Lennon a bon espoir de retrouver les trois enfants sains et saufs. Mais un premier corps est retrouvé dans un parc de Londres, et Lennon comprend que le temps est compté. Dans cette affaire, les apparences sont trompeuses…



« Quelques secondes de calme et d’innocence, peut-être un léger sifflement venant d’en haut ;
puis, le silence au moment où Patrick ouvrit la porte d’entrée et que tout lui parut trop paisible...
la certitude immédiate que quelque chose clochait, sans pour autant se douter à quel point,
ni du caractère absolu et irrévocable de ce quelque chose. »

En bref... un thriller très bien mené, avec des changements de point de vue qui entretiennent le suspense, et un rythme précis qui confère au livre une ambiance bien à lui. Certains personnages sont attachants mais, dans l’ensemble, ils sont trop effacés.


A première vue, ce livre ressemblait beaucoup à Une berceuse pour Fanny que j'ai lu il y a quelques années et qui ont tous deux pour sujet principal l'enlèvement de bébés. Grâce à NetGalley et AmazonCrossing, j'ai pu me rendre compte à quel point le même thème peut être exploité de façons différentes, tout en conservant des valeurs centrales dès qu'un enfant est concerné.

Un thriller très intéressant d'abord du fait de sa multiplicité de points de vue. En effet, l'intrigue implique un grand nombre de personnages, avec une place plus ou moins importante. Les deux majoritaires sont ceux de l'inspecteur principal Patrick Lennon et d'Alice, la sœur d'une enfant enlevée ; ce sont d'ailleurs les deux personnages que j'ai préférés, parce qu'ils élèvent l'intrigue au-delà de l'enquête. Patrick d'abord met un acharnement particulier à dénouer l'affaire, et l'in comprend rapidement pourquoi : sa fille Bonnie a l'âge des trois enfants kidnappés. Si je m'attendais à ce que Bonnie se fasse elle-même enlever, la simple inquiétude de Patrick suffit à montrer l'amour qu'il porte à sa fille, et à accentuer la douleur des parents des autres enfants. Quant à Alice, on ne sait pas réellement sur quel pied danser avec elle, et ce pendant un long moment… En effet, on est vite conscient qu'elle dissimule une part des événements s'étant déroulés le soir de l'enlèvement de sa demi-sœur ; en même temps, on la sent tiraillée entre ses secrets et son amour sincère pour Frankie. Un autre personnage important est Helen Philips, la mère de Frankie et belle-mère d'Alice. Je me suis moins attachée à son personnage, car j'ai trouvé qu'elle agissait parfois de façon insensée et défavorable au secours de sa fille ; j'avais envie de l'interpeller pour la faire réagir, lui dire de demander de l'aide au lieu de vouloir agir seule (on en parle de son époux, Sean, qui paraît presque indifférent à toute l'affaire pendant les trois quarts du livre ?!). On ressent tout de même sa souffrance qui, peut-être, la conduit aveuglément. Les autres personnages ne m'ont pas réellement marquée…

L'enquête policière est très bien menée. On pourrait croire que, à cause des changements de point de vue, le rythme de l'intrigue serait ralenti et le lecteur perdu, mais pas du tout. A chaque chapitre, la durée écoulée depuis le début du livre est notifiée, de façon à éviter toute confusion et à installer une ambiance un peu pressante pour marquer l'avancée de l'enquête. Un autre gros point positif est le suspense, entretenu par des révélations inattendues, des résolutions partielles qui relancent l'intrigue… on ne s'ennuie pas une seconde ! L'intrigue secondaire concernant la rivalité de Patrick avec l'autre inspecteur général est en revanche plus maladroite, et pas forcément nécessaire, sauf si ce n'est pour marquer son état d'épuisement.

Par contre, son "family background" (passé familial?) est beaucoup plus intéressant, important pour l'intrigue même. Il contraste par son détachement de la maternité des sentiments forts qu'éprouvent les mères qui ont un rôle actif dans le livre (comprendra qui pourra, désolée). Car, dès qu'un enfant est en jeu dans ce genre d'intrigue, ce qui ressort le plus est l'amour, parfois même excessif, d'une mère pour son enfant. Et cette partie est très émouvante ; elle éclaire l'ensemble du livre, autant le déroulement de l'enquête que son issue, et c'est ce qui rend ce thriller beau.

Cela a donc été une bonne lecture, un peu éprouvante à cause du rythme explicitement imposé, mais aussi vraiment intéressante par son côté plus psychologique. Encore merci à NetGalley et AmazonCrossing pour cette découverte !