lundi 26 juin 2017

Tag #2 : 12 livres à lire en 2017

Julie m'a taguée ici il y a quelques semaines pour parler de 12 livres à lire en 2017, selon différents critères évidemment, sinon ce serait trop simple...
Retrouvez son tag ici !


1) Le livre le plus attendu en 2017
Difficile à dire, déjà parce que 2017 est déjà bien entamée (on a traversé la moitié de l'année !), puis je ne suis pas tellement les sorties littéraires, sauf en ce qui concerne les suites de livres : donc, je n'ai certes lu que le premier tome, mais je suis sûre que les deux suivants sont aussi bons, et le quatrième ne peut qu'aller de même : il s'agit du tome 4 de Phobos, de Victor Dixen, qui va paraître en septembre !

2) Un livre de votre pile à lire que vous voulez absolument lire cette année
J'ai dans ma PAL des livres qui traînent depuis très longtemps, et j'aimerais la diminuer un peu : j'aimerais beaucoup lire S. de J.J. Abrams & Doug Dorst, qui est un magnifique livre-objet dans lequel plusieurs histoires se croisent : conçu comme un livre de bibliothèque annoté, on retrouve ainsi l'histoire du livre, les annotations du commentateur fictif du roman (en notes de bas de page) et les annotations de deux lecteurs du livre emprunté à la bibliothèque (en marge de l'histoire)... C'est donc une oeuvre complexe que j'ai vraiment envie de lire, mais que je ne sais pas par quel bout prendre. Et j'ai décidé que je devais le lire cette année !



3) Un roman PKJ
Sans hésiter, il s'agit d'Une braise sous la cendre, de Sabaa Tahir ! Ce livre est un coup de coeur infini, que je peux lire et relire encore (dont cette année) !



4) Un livre d'un auteur que vous aimez beaucoup
Quel auteur j'aime beaucoup ? Daphne Du Maurier, évidemment ! Et avec la sortie d'une adaptation prochaine avec Rachel Weisz, je dois absolument lire My cousin Rachel cette année (le mois prochain en fait) !



5) Un livre d'un auteur que vous n'avez jamais lu auparavant
Je vais commencer IRL de Agnès Marot, qui a écrit plusieurs livres mais je n'ai lu aucun d'entre eux.



6) Un livre que vous êtes sûr d'aimer
Ah, quelle réponse difficile ! Hormis un livre que j'ai déjà lu, je ne sais pas si je peux être sûre d'aimer : je vais tenter avec La cave de Natasha Preston qui a beaucoup plu parmi les blogueurs et qui a tout pour me séduire.



7) Le livre qui vous intrigue le plus
Il s'agit de Caraval de Stephanie Gerber : je n'en ai lu que du bien, mais je ne sais pas trop de quoi il parle : quelque chose dans l'univers du cirque il me semble... une énigme ? une enquête ? En tout cas, il me fait penser au Cirque des rêves, que j'ai adoré...



8) Une suite de série
J'ai énormément de séries de commencées, mais je suis sûre de lire le deuxième tome du Sang des dieux et des rois, de Eleanor Herman.



9) Une fin de série
Je compte lire cette année le second tome de The Book of Ivy de Amy Engel, qui est une duologie, d'où il s'agit du dernier tome !



10) Un livre que vous avez envie de lire mais dont vous ne savez presque rien
Sans hésiter, je vais dire Idhun de Laura Gallego Garcia : je l'ai emprunté à la bibliothèque parce que le livre en lui-même est très beau et, hormis qu'il s'agit de la fantasy, je ne sais pas de quoi il parle ; je ne connais pas non plus l'auteur...



11) Un livre d'un auteur de votre nationalité
Je suis française, et des auteurs français dont je vais lire un livre cette année, il doit bien en avoir (petit coup d'oeil dans ma PAL) : paf, trouvé ! Je dois lire le deuxième tome de La Passe-miroir, de Christelle Dabos !



12) Un livre avec une narration proposant des points de vue multiples
Comment le savoir à propos d'un livre que l'on n'a pas encore lu ? J'en ai lu pas mal du genre dernièrement (mais ça ne compte pas puisque je ne fais le tag que maintenant...) : je pourrais citer le tome 2 d'Illuminae, mais je ne sais pas si je vais le lire, donc je dirais Hors limites de Katie McGarry, qui contient deux points de vue (Noah et Echo), et qui est un de mes livres favoris, que j'aime relire.



Je ne tague personne, mais vous pouvez bien évidemment faire ce tag !

C'est lundi, que lisez-vous ? #7

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Mes lectures de la semaine dernière


J'ai adoré Amnesia : ma lecture a été très riche en surprises et, malgré le côté SF, tout se tient, tout est suffisamment expliqué et les personnages sont adorables : que du plaisir !

Cela n'a pas forcément été le cas en revanche dans Half bad : c'est un petit livre, qui se lit rapidement, malheureusement je n'avais pas souvent envie de me replonger dedans, ce qui fait que j'ai pris la semaine pour le lire. La trame est intéressante, tout comme l'univers, mais j'ai eu du mal à accrocher aux personnages, notamment au protagoniste, et le style d'écriture ne m'a pas plu, bien qu'il présente certaines originalités à certains moments. J'aimerais bien savoir comment l'aventure se termine, mais je n'ai pas vraiment envie de lire le tome suivant...


Mes lectures en cours

Entre Carter et Evie, deux trentenaires agents extrêmement influents à Hollywood, le courant passe instantanément. Mais lorsque leurs deux agences rivales fusionnent, en les mettant en compétition pour le même poste, leur belle romance se transforme en guerre ouverte pour se saboter. lors d'une rencontre embarrassante à Halloween, Carter et Evie, deux agents extrêmement influents d'Hollywood flashent l'un pour l'autre. Mais lorsque qu'ils sont mis en compétition pour le même poste, leur belle romance se transforme en guerre ouverte pour se saboter. Pourtant la rivalité entre ces deux trentenaires, compétents et haut placés, ne suffit pas à éteindre la flamme ces deux tourtereaux adeptes de l'amour vache. Qu’ils vivent une happy ending hollywoodienne ou une tragédie aux proportions épiques, le lecteur retrouve le style tapageur et hilarant de Christina Lauren au meilleur de sa forme.





Vivant à Life City, Chloé ne sait pas que sa ville, filmée en permanence, est une fascinante téléréalité suivie par des millions de foyers. Quand elle le découvre, il est presque trop tard : celui dont elle est amoureuse ne fait pas partie du scénario initial...

J'ai lu environ la moitié de Dating you, hating you, est j'aime beaucoup pour le moment : les personnages sont attachants, mais pas aussi impitoyables que j'imaginais le métier d'agent (surtout après avoir vu la série Dix pour cent)... En tout cas, ma lecture promet encore de nombreux rebondissements !


Mes prochaines lectures


dimanche 25 juin 2017

[L'étagère à univers] Prince captif t3 - C.S. Pacat

416 pages (Editions Milady – collection Littérature) - 4.5/5

ATTENTION : le résumé contient des spoilers (mais pas la chronique) !



Deux princes, une seule guerre.
La vérité a été révélée, et Damen, l’esclave du prince Laurent, doit faire place à Damianos, prince héritier d’Akielos, l’homme que Laurent a juré de tuer.
L’avenir de deux royaumes est en jeu. Cernés par l’armée de Kastor au sud et les forces du régent au nord, Damen et Laurent n’ont d’autre choix que s’allier pour reconquérir leurs trônes respectifs. Mais même si la fragile confiance qu’ils partagent résiste à la révélation de la véritable identité de Damen, celle-ci suffira-t-elle pour venir à bout de la dernière et plus impitoyable manigance du régent ?



« Tout gagner et tout perdre en l'espace d'un instant.
Tel est le sort de tous les princes destinés au trône. »


En bref... ce dernier tome est le meilleur de la trilogie, qu’il clôture parfaitement ! Tout ce qui m’avait encore gênée dans le tome précédent a été résolu ; les personnages sont encore plus attachants, et Damen prend une véritable place. Il se laisse moins dominer, même si Laurent est toujours celui qui tient les rênes, à mon plus grand plaisir.


A peine le deuxième tome terminé, j’ai débuté la lecture de celui-ci : cette saga est vraiment un coup de cœur ! Pour en faire un petit bilan, le premier tome m’avait séduite, mais sans plus, le deuxième tome avait été un coup de cœur, même si quelques éléments me manquaient toujours, et le troisième et dernier tome m’a complètement conquise ! Il est rare que j’apprécie plus les tomes suivants que le premier, mais cette trilogie forme véritablement un tout ; elle va crescendo parce que l’on intègre l’intimité et la psychologie des personnages au fil des tomes ; le lecteur en apprend sur eux en même temps qu’ils se découvrent entre eux ou en eux, et donc certaines émotions et révélations ne peuvent se produire dès le premier tome, ce que je n’ai compris qu’à la lumière de la saga dans son intégralité...

Pour cette raison, il peut-être intéressant de lire tous les tomes les uns après les autres, sans coupure ; l’intrigue ne fait pas de pause entre les tomes, mais reprend exactement là où on l’a laissée à la fin du tome précédent. C’est le cas pour ce tome 3 où Damen est censé rejoindre Laurent pour mettre en œuvre le plan qu’ils ont imaginé dans le tome 2 afin de contrer l’oncle de Laurent. Etant séparés, dans des circonstances ne leur permettant pas de se rejoindre immédiatement, le début est un peu long malgré l’action car, vous l’aurez compris dans mon avis du tome précédent, la relation entre Laurent et Damen est ce qui m’a le plus attirée. La surprise est alors néanmoins que quelques scènes se déroulent du point de vue de Laurent ; alors que l’on avait appris à le connaître à travers les yeux de Damen, on entre complètement dans sa tête : il perd -malheureusement- une part de son mystère et pourtant, il dévoile certains traits de sa personnalité, insoupçonnés jusque-là. Je n’ai pas réussi à déterminer s’il les avait cachés depuis le début, ou s’il avait acquis cette sorte de sauvagerie par le contact avec Damen.

La suite de l’intrigue concerne la lutte contre l’oncle de Laurent ; je peux d’ores et déjà vous dire qu’elle résout bien tous les conflits latents depuis le premier tome. En revanche, est insérée ici une intrigue secondaire concernant Jokaste et l’enfant qu’elle attend, et je dois dire que je n’en ai pas vu l’utilité, notamment au vu du dénouement.

Mais, encore dans ce tome, c’est surtout la relation Lauren-Damen qui m’a intriguée. On les trouve ici égaux et sans filtre ; pour autant, ils sont moins intimes et complices. Les réserves, couplées aux révélations, donnent un air de vraisemblance à leur relation. C’est un nouvel équilibre qui s’installe et, même s’ils se connaissent déjà bien, on a l’impression qu’ils ont tout à réapprendre l’un de l’autre ! Individuellement, j’ai toujours préféré Laurent, d’autant qu’il était encore moins distant, énigmatique, mais aussi moins parfait : il montre des failles dans son armure, ce qui le rend véritablement humain, et non comme le dieu blond auréolé du premier tome. Damen a également évolué ; il a véritablement son mot à dire et prend des initiatives parfois salutaires pour tous. Je crois que c’est l’un des couples de littérature que je préfère ! Etonnamment, je viens de me rendre compte que l’oncle de Laurent qui a un rôle important est toujours dénommé ainsi : l’oncle de Laurent, sans identité propre, distincte de Laurent... ça me laisse de quoi réfléchir !

J’ai adoré retrouver dans ce tome toutes les émotions du tome précédent, voire même davantage, comme la jalousie, la rivalité même mais toujours avec une pointe de tendresse. C’est ce que cette lecture a de plus réjouissant : elle mêle à merveille des sentiments opposés, et l’on n’est jamais rassasié de ce cocktail !

C’est vraiment avec regret que j’ai posé ce livre (enfin, ma liseuse), mais cette trilogie m’aura incontestablement marquée ; je ne manquerai pas de la relire pour ressentir tout ce que le livre a à offrir. Vous comprenez donc bien que je conseille cette saga qui, malgré la fantasy, a un air criant de vérité à travers ses personnages.



jeudi 22 juin 2017

[L'étagère romantique] Loin de tout - J.A. Redmerski

448 pages (Editions Milady – collection New Adult & Romantica) - 3/5



Camryn n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. À vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs – et s’y perdre, avec un peu de chance.
C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.



« Ne te préoccupe pas de ce que les autres pensent. Tu vis pour toi, pas pour eux. »


En bref... c’est un road trip sympa avec une romance prévisible. Les personnages sont assez attachants, mais pas émouvants. Certaines scènes ponctuelles sont vraiment agréables et relèvent une histoire sans grande originalité.


J’ai débuté cette romance parce que je n’en avais entendu que du bien. J’aime beaucoup ce genre mais, à force d’en lire, certains schémas deviennent vite redondants, et cela devient difficile de trouver de l’originalité. Ma lecture a très bien débuté : les protagonistes se rencontrent d’abord dans un bus, l’une cherchant à fuir sa vie actuelle, l’autre devant se rendre au chevet de son père mourant. Cette partie est celle que j’ai préférée : ils apprennent à se connaître, et nous avec eux. Cette partie est également la plus drôle.

Par la suite, ils s’engagent dans un road trip sans destination prévue à bord de la voiture d’Andrew. J’ai beaucoup aimé cette idée, car je n’avais encore jamais lu d’histoire du même genre, mais, à partir de là, l’histoire est devenue plus plate, habituelle. J’ai beaucoup aimé la scène sur le toit de la voiture, parce qu’elle apparaît vraiment comme magique mais, dans l’ensemble, l’intrigue ne connaît pas de rebondissements incroyables. La révélation est très bien préparée, mais peut-être un peu trop parce qu’elle se devine. Sauf Camryn, le personnage principal, qui, malgré les indices, ne se doute de rien.

Camryn est un personnage que je n’ai pas forcément apprécié. Dès le début, elle est assez naïve. Certains éléments de son histoire m’ont fait penser à Auburn de Confess (premier petit ami mort dans un accident de voiture, avec difficulté de surmonter cela), mais ici, cet élément est surjoué. La meilleure amie de Camryn, Natalie, a une attitude étonnante au début, assez indigne d’une meilleure amie. Les personnages secondaires sont à peine esquissés (hormis peut-être les frères d’Andrew, qui m’intriguent). Ainsi, le personnage qui m’a le plus touchée est Andrew, et l’histoire de son tatouage. Je me rends compte maintenant qu’il reste en fait assez mystérieux ; pour ne pas vous spoiler, je ne peux vraiment pas vous en dire beaucoup sur lui.

La fin est prévisible, comme beaucoup de choses dans ce roman. Cela a été un moment agréable, mais je suis plutôt restée spectatrice de la romance. Je n’ai aucune idée de ce que le tome suivant peu traiter, à moins de changer de personnage...

mercredi 21 juin 2017

[L'étagère futuriste] Illuminae t1 - Amie Kaufman & Jay Kristoff

607 pages (Editions Casterman – collection Jeunesse) - 2.5/5




Ce matin de 2575, lorsque Kady quitte Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi, sa planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi — BeiTech. Obligée de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange...



« L’homme meurt en tous ceux qui se taisent devant la tyrannie. »


En bref... ma lecture s’est révélée décevante. Après en avoir tant entendu parler, j’ai tout d’abord eu du mal à entrer dans l’univers, et le changement de narration n’a pas aidé ma compréhension. Malgré cela, la seconde moitié du livre a été palpitante, avec des rebondissements multiples et étonnants. Au final, j’en retiens une lecture mitigée ; je ne sais pas si je lirai le tome suivant, mais ce ne sera pas dans mes priorités en tout cas.


J’ai lu énormément d’avis sur ce livre. En ce qui me concerne, je n’ai lu que des avis positifs. C’est donc enthousiaste et impatiente que j’ai commencé ce premier tome d’Illuminae... et je me suis heurtée à un mur. En effet, j’ai eu du mal à entrer dans le livre et à m’habituer à la narration peu habituelle. J’ai donc loupé la situation initiale (la première attaque) et le début de l’intrigue (la division des survivants entre les deux vaisseaux). Ainsi, j’ai mis beaucoup de temps à lire la première moitié : rien ne me donnait envie de le continuer.

Quand finalement j’ai réussi à me replonger dedans, j’ai atteint la seconde moitié et là, l’intrigue m’a complètement emportée : les communications entre vaisseaux ont vraiment un intérêt et, maintenant que tout l’univers est installé, tout me paraît plus clair. Cette partie est réellement haletante, avec de l’action et pas uniquement de la préparation de plans, et l’intrigue se concentre sur trois personnages : Kady, Ezra et AIDAN.

Justement, ces personnages ne m’ont pas particulièrement touchée. Concernant Kady et Ezra d’abord, leur relation est assez attachante. Individuellement, j’ai trouvé Kady courageuse et Ezra gentil, mais peu marquants ni profonds. Etant sur deux vaisseaux différents, ils ne peuvent discuter que par chat, par l’intermédiaire d’un réseau sécurisé mais détourné, ou par mail ; c’est donc à chaque fois une sorte de dialogue théâtral. Ce qui m’a le plus manqué est tout ce qui concerne les pensées intimes, les réflexions des personnages. Cela m’a empêché de les comprendre et de m’y attacher.

C’est pour cela que, par contraste, j’ai énormément apprécié le personnage d’AIDAN, l’intelligence artificielle du vaisseau Alexander sur lequel se trouve Ezra. Les pages le concernant sont rédigées à la première personne et, même s’il s’agit d’une machine, c’est lui qui m’a paru le plus humain, avec des pensées et des doutes, une hésitation entre devoir et justice. On comprend ainsi sa façon de réagir dans ses dernières actions.

Ce qui m’amène à la mise en page des différentes parties : celles concernant AIDAN sont sur fond noir, avec une police en majuscules. Quand on regarde la tranche, on s’aperçoit que les pages noires sont concentrées à la fin du livre, ce qui peut paraître curieux (j’ai adoré la révélation qui explique cela !). Concernant le reste du design de ce livre, il est incontestable que c’est un magnifique livre-objet. Tout est travaillé, depuis l’apparence même d’un dossier annoté au changement de mise en page selon le type de document, sans oublier les grossièretés surlignées en noir.

Le problème est la narration : il n’y a aucune transition entre les différents documents, ce qui a gêné ma compréhension (à croire que je ne comprends rien...) ; je ne suis pas habituée aux dialogues théâtraux (bon, de messagerie instantanée pour être précise) dans une intrigue épique. Cela s’arrange vers la fin ou l’essentiel de l’histoire est racontée selon le point de vue d’AIDAN. Mais seulement la fin, cela reste problématique pour moi. En revanche, je n’ai pas vu l’utilité des pages avec le texte en forme de spirales sur fond noir.

En somme, cette lecture décevante a été améliorée par le personnage d’AIDAN et par la beauté graphique du livre qui, malheureusement, n’est pas la meilleure pour faire passer les émotions, chose qui m’est indispensable dans toute lecture. Ah, et quelqu’un qui a lu Illuminae pourrait-il m’expliquer la récurrence de cette phrase : « Arrête de me regarder. » ?!

lundi 19 juin 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? #6

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.


Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Mes lectures de la semaine dernière


Cette semaine, j'ai lu ces deux livres en parallèle l'un de l'autre (Illuminae en version papier et Loin de tout en numérique).

J'avoue que j'ai été déçue par Illuminae - à mon plus grand regret - et ce dès le début. La première moitié a été assez laborieuse : le changement de documents ne m'a pas aidé à bien comprendre l'intrigue, et surtout à assimiler la situation initiale. Donc bof pour continuer une bonne lecture, mais la seconde moitié s'est révélée plus intéressante et m'a davantage plu, notamment grâce à AIDAN (une intelligence artificielle), que je considère pleinement comme un personnage. Bref, des rebondissements sympa au final, mais je ne peux oublier ma déception première. La chronique plus complète devrait arriver cette semaine (et j'en ai quelques-unes encore en retard).

Quant à ma seconde lecture de la semaine, c'est une romance agréable mais pas exceptionnelle. Elle traîne un peu sur la longueur au milieu, mais la fin est surprenante, bien que pas assez préparée.


Mes lectures en cours





Nathan est un semi-code, un sorcier blanc et noir. À la fois bon et mauvais. Pour le Conseil des sorciers, il est à surveiller, jugé coupable d’être né. Traqué, enfermé, détesté, Nathan se bat pour sa liberté.




Dans le sous sol d'une ferme à l'écart vivent quatre garçons génétiquement modifiés pour être plus forts, plus rapides, plus intelligents. Sans souvenirs de leur passé, ils portent d'étranges cicatrices en forme de lettres dont eux-mêmes ignorent le sens. L'un d'eux, Sam, ne faisant ni ne disant jamais rien au hasard, attire irrésistiblement Anna, la fille du scientifique qui pilote le projet. Quand la mystérieuse Agence à l'origine de l’expérience veut les récupérer, les garçons se révoltent, Sam en tête. Contre toute attente, le père d'Anna la pousse à fuir avec eux. Sans savoir où aller ni comment retrouver leurs vies d'avant, les voilà en cavale, avec une invitée de dernière minute, Anna qu'ils connaissaient bien mais dont ils se méfient...



Ma prochaine lecture


samedi 17 juin 2017

[L'étagère à univers] La Passe-miroir t1 - Christelle Dabos

519 pages (Editions Gallimard Jeunesse) - 4/5



Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le
passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.




« Passer les miroirs, ça demande de s'affronter soi-même, avait dit le grand-oncle.
Ceux qui se voilent la face, ceux qui se mentent à eux-mêmes,
ceux qui se voient mieux qu'ils sont, ils pourront jamais. »


En bref... une lecture très agréable, intrigante et addictive, même s’il m’a fallu un temps d’adaptation, et des personnages très attachants et complexes aux curieux pouvoirs. En revanche, j’ai moins apprécié le style de l’auteur, ce qui m’a empêchée de tomber amoureuse de cette histoire.

Ce livre m’a été plus que conseillé et je n’en ai entendu que des compliments. Je dois avouer qu’il ne vole pas sa réputation, même s’il n’a pas été un coup de cœur pour moi. En effet, je n’ai pas été émerveillée dès le début par ce livre. J’ai déjà eu du mal à définir dans quel genre de livre j’étais tombée, et les premiers chapitres sur Anima et d’Anima au Pôle m’ont laissée plutôt passive. Jusqu’à son arrivée au Pôle en fait ; là, j’ai complètement été happée par l’univers. On découvre en même temps qu’Ophélie l’arche qui va devenir sa nouvelle maison, et ce sentiment d’inconnu est vraiment intrigant. On devient aussi naïfs que le personnage, on apprend avec lui (ou plutôt elle) tout au long de l’histoire.

J’ai eu beaucoup de mal à me représenter le décor posé autour de l’intrigue. Tout avait un air de conte de fées, à la sauce Disney, selon moi. Pourtant, l’intrigue n’a rien à voir avec un album pour enfants ; elle est même cruelle ! Ce paradoxe est ce qui m’a le plus posé problème, d’autant qu’il est renforcé par le style d’écriture, qui fait tout pour paraître féerique. Ce contraste a peut-être été voulu, il ne m’a pas plu, et m’a retenue d’adhérer vraiment au livre, parce que le reste n’est que du pur bonheur !

L’intrigue qui se poursuit est ponctuée de nombreuses révélations qui ne font que surprendre le lecteur. Le début chez la tante de Thorn est un peu lente, mais l’arrivée à Clairdelune et tout ce qui suit est incroyable ! On a l’impression de découvrir encore un autre monde et l’histoire gagne en profondeur, introduisant ainsi l’intrigue des tomes suivants. Et l’on peut s’attendre à beaucoup, tellement l’univers est riche...

J’ai adoré la relation entre Ophélie et Thorn, ce dernier étant d’ailleurs assez mystérieux. J’ai hâte d’en savoir plus sur lui, son but. Les autres personnages principaux m’ont peu intéressée. En revanche, les pouvoirs des différents clans sont vraiment intrigants et originaux. J’espère que la suite jouera également là-dessus.

mardi 13 juin 2017

[L'étagère futuriste] Phobos t1 - Victor Dixen

448 pages (Editions Robert Laffont – collection R) - 5/5

Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L'éternité pour s'aimer.
Il veulent marquer l'Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l'amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


« Aimer, ça ne veut pas dire tout accepter de l’autre, sans question ni remise en cause… Aimer, c’est se battre pour ce que l’on croit être le meilleur pour l’autre… même si l’autre ne le sait pas. »


En bref... ce livre m’a soufflée. J’ai complètement été transportée dans l’intrigue interplanétaire, j’ai adoré les personnages, mais surtout, j’ai été impressionnée par l’originalité apportée par Victor Dixen dans son choix de narration avec les multiples points de vue (bon, 4, ne vous inquiétez pas). Ce livre a été un véritable coup de cœur ; si vous ne le connaissez pas encore, il vous faut le lire !


Ce livre était depuis un bon bout de temps dans ma PAL : à force de le voir un peu partout, j’avais bien envie de l’en sortir, et c’est finalement l’avis de Thallia, ou Les Lettres de Sel (je vous mets son avis ici), qui m’a finalement convaincue de le faire. Et je ne le regrette pas... enfin, si, ma première réaction à la fin de ma lecture a été : pourquoi ne l’ai-je pas lu plus tôt ?! Parce que, vraiment, tout était confus en moi tellement j’ai aimé ma lecture et pour plein de raisons différentes – l’une d’entre elles est peut-être que j’accumulais la fatigue, parce que ce livre est on ne peut plus addictif, et je n’ai pas réussi à le lâcher... d’où mon début de "nuit" à six heures du matin, hum...

Ce que je retiens d’abord est que ce livre est complet. Il contient tous les éléments pour me plaire : une intrigue mêlant romance et mystères, dans un univers particulier, l’espace, et des personnages intrigants. Mais, en plus de tout ça, qui aurait déjà largement suffi à me convaincre, Victor Dixen apporte une véritable originalité. Nouveauté. Innovation. D’abord, l’endroit de l’action : l’espace ; combien de livres se déroulent dans l’espace (sujet très d’actualité, avec le retour récent d’un certain Thomas Pesquet... coïncidence totalement fortuite !) ? Les schémas du vaisseau aident à mieux se représenter l’environnement et on se sent vraiment dépaysé !

Surtout, j’ai A-DO-RE l’écriture, composée de Champ (l’intrigue principale) / Contrechamp (les dessous de l’intrigue) / Hors champ (la part d’enquête par un protagoniste extérieur) / Chaîne Genesis (ce que les spectateurs voient) ; vous avez compris la particularité ou vous avez besoin d’une explication ? J’ai trouvé très intéressante l’alternance entre champ et contrechamp ; le style d’écriture est le même mais l’on connaît tout de l’intrigue, presque immédiatement, et l’on voit les organisateurs du programme qui œuvrent en secret (comme dans la série TV Unreal). J’avoue que cela m’a un peu frustrée au début, mais il reste tout de même des révélations, qui passent principalement par les personnages (dans leur passé ou dans leurs actions), donc il n’y a pas de longueur ni de déception. Les chapitres du point de vue de la Chaîne Genesis ont lieu sous forme de discours théâtral, avec didascalies pour décrire la scène. Certes, le style d’écriture change, mais pas le talent de l’auteur ! Là encore, il nous emporte dans les speed-datings (ce sont eux, le sujet des chapitres vus par la Chaîne Genesis) et la sobriété stylistique nous permet pleinement d’apprécier les personnalités des deux protagonistes en présence, et transmet d’autant plus efficacement les émotions.

Concernant les personnages justement, ils peuvent être classés en différentes catégories dont la première est évidemment les douze prétendants. De façon surprenante (ou non, je ne sais pas, à vous de me le dire), je me suis davantage attachée aux garçons qu’aux filles. En effet, comme on ne les voit qu’à travers le point de vue de la Chaîne Genesis (hormis deux scènes se déroulant dans leur capsule), on apprend à les connaître uniquement par ce qu’ils transmettent et s’autorisent à dire ou montrer – ce qui fait que j’ai moins adhéré aux personnages plus réservés, comme Alexei ou Kenji. Cela promet d’ailleurs plus de surprises pour la suite puisque certaines personnalités pourraient différer de la façon dont on avait cru les connaître... j’ai hâte de tout ça ! Quant aux filles, au final, encore beaucoup d’entre elles restent mystérieuses pour le lecteur. Léonor est attachante, sans plus, et les autres filles ne m’ont pas marquée, si ce n’est peut-être Kelly. Mais, les passages que j’ai préférés du roman entier sont les rencontres entre Léonor et Marcus. Dès le début, ils m’ont fait frissonner (ce qui vaut au livre sa place de coup de cœur !) car on sent une telle tension entre eux...

Je répète que le livre est complet, également au niveau des émotions fournies au lecteur. Frustration de connaître le secret derrière le programme dès le début, tension entre les personnages, mais également douleur, attachement, excitation, attente... je ne sais pas quelles émotions je n’ai pas ressenties au cours de ma lecture ! L’intrigue joue d’ailleurs beaucoup avec ce qu’elle transmet au lecteur (même si au début, j'ai pensé avoir affaire à La Sélection dans l'espace), car cette fin... le suspense est insoutenable (il y a évidemment une issue que je préférerais, mais toutes pourraient être intéressantes) ! De plus, la première scène dans la capsule des garçons est certes destinée à apporter un détail de l’intrigue se déroulant hors champ, mais j’ai adoré découvrir leur univers, leur façon de s’entendre... c’était un choix de se concentrer sur le compartiment des filles, je remercie l’auteur d’avoir inclus ce passage !

Enfin, concernant les chapitres hors champ que je n’ai fait que mentionner jusque-là, je dois avouer que ce sont eux qui m’ont le moins plu. Ils apportent une touche de thriller policier à l’histoire, mais j’ai eu plus de mal à adhérer. Le personnage, Andrew, ne m’a pas émue (alors que cela aurait pu être le cas), mais j’attends de voir ce qui va être développé par la suite avec Harmony, la fille de Serena McBee, organisatrice du programme.

L’autre grande catégorie de personnages dans ce livre regroupe les organisateurs, que l’on découvre en contrechamp. Ils restent assez mystérieux et Serena est vraiment le personnage intéressant, car le plus complexe. A voir par la suite comment elle va évoluer. En tout cas, les chapitres en contrechamp et en hors champ se mêlent à merveille, et la transition de l’un à l’autre (entrecoupés des chapitres dans le champ de la caméra) ne se sent même pas.

Si vous hésitez encore à lire Phobos (Mégane, c’est à toi que je m’adresse !), ne tergiversez plus ! J’ai déjà envie de le relire pour me replonger dans cet univers particulier et si riche qui m’a fait ressentir tant d’émotions...

lundi 12 juin 2017

C'est lundi, que lisez-vous ? #5

Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Retrouvez maintenant le récapitulatif des liens sur le blog de Galleane.

Chaque Lundi, on répond à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?


Mes lectures de la semaine dernière


Eh oui, j'ai enfin fini 1984 ! Après l'avoir traîné loooongtemps... J'avoue que je n'ai pas été totalement convaincue. Quant à ma deuxième lecture cette semaine, il s'agit (ta-daaaa) du premier tome de La Passe-miroir ! Après qu'il m'a été conseillé tant de fois, vanté à tours de bras, j'en attendais beaucoup : peut-être un peu trop, car je n'ai pas réussi à entrer de suite dans l'univers d'Anima et du Pôle mais, une fois fait, impossible de le lâcher ! J'ai donc passé un moment très agréable, il s'agit d'une belle découverte, mais pas un coup de cœur comme nombre d'entre vous (à cause de l'écriture). Enfin, j'ai lu cette nuit, d'une traite, le premier tome de Phobos et que dire : tout simplement, pourquoi ne l'ai-je pas lu plus tôt ?!
Je mettrai les trois chroniques complètes en ligne cette semaine. J'ai donc enchaîné avec cette lecture qui m'attire énormément...


Mes lectures en cours


Survivre d'abord. Raconter ensuite.
Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L'après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi - BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l'Alexander.
Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l'aide d'Ezra - le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major.
Alors qu'ils sont toujours traqués par BeiTech, l'Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d'une façon étrange...




Camryn n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. À vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs – et s’y perdre, avec un peu de chance.
C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.



Ma prochaine lecture



vendredi 9 juin 2017

[L'étagère romantique] Tes mots sur mes lèvres - Katja Millay

501 pages (Editions Fleuves – collection Territoire) - 5/5


Ancienne pianiste prodige, Nastya Kashnikov désire aujourd’hui deux choses : traverser sa période de lycée sans que personne n’apprenne rien de son passé, et faire payer le garçon qui lui a tout pris – son identité, son âme, sa volonté de vivre.

L’histoire de Josh Bennett n’est un secret pour personne. Chaque être qu’il a un jour aimé lui a été pris, jusqu’à ce qu’à 17 ans, il ne lui reste personne. Désormais, il veut qu’on le laisse seul, et les gens le font car quand votre nom est synonyme de mort, tout le monde est enclin à vous laisser votre espace.

Tous… sauf Nastya, cette mystérieuse nouvelle fille à l’école qui a commencé à venir le voir et ne veut plus s’en aller, s’insinuant dans chaque aspect de sa vie. Mais plus il apprend à la connaître, plus elle devient une énigme. Alors que leur relation s’intensifie et que des questions sans réponses s’accumulent, il commence à se demander s’il apprendra un jour les secrets qu’elle cache… ou même s’il le souhaite réellement.


« Je sais à ce moment là que ce qu'il me donne n'est pas simplement une chaise. C'est une invitation, un signe de bienvenue. Il me fait savoir que je suis acceptée ici. Il ne m'a pas donné un endroit ou m'asseoir. Il m'a donné un endroit auquel appartenir. »


En bref... ce livre est une tuerie émotionnelle ! L’histoire est tout simplement addictive, bouleversante et drôle... le tout mélangé, cela donne un roman d’une grande profondeur, dont les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres. Impossible d’en sortir indemne.


Ce livre fait probablement partie de mes trois livres préférés (un jour, je vous ferai la liste...) ; même après plusieurs relectures, j’en ressors toujours aussi bouleversée. C’est donc après une énième relecture (bon, je peux encore les compter : la quatrième en un an) que je vous partage et avis pour vous inciter – vous obliger, plutôt ! – à découvrir cette merveille. Certes, l’intrigue en elle-même présente peu d’originalité : deux personnages principaux se rencontrent, traînant derrière eux un passé douloureux dont ils essaient de se débarrasser. Cependant, ce livre est le meilleur du genre que j’ai pu lire ; tout est juste dans ce livre :  le style de l’auteur est un réel vecteur d’émotions sincères, les personnages sont attachants, touchants, sans s’apitoyer sur leur sort. J’ai d’autant plus apprécié que l’histoire ait une fin. Si, à un moment, on a l’impression d’arriver à une fin ouverte, d’en avoir fini avec le trop-plein d’émotions, mais les deux, trois dernières pages, qui peuvent être vues comme un épilogue, sont tout simplement parfaite. Parmi les meilleurs extraits du roman en tout cas, de ceux qui me rappellent pourquoi j’adore tellement ce livre.

Concernant les personnages, on retrouve quelques clichés comme l’asocial, la nouvelle mal intégrée, le meilleur ami drôle et populaire, la fille belle et populaire, la peste ; au-delà de cela, les personnages ont une réelle personnalité. Les relations qui se nouent entre les différents personnages sont complexes, mais en même temps évidentes : rien ne paraît trop compliqué, c’est même plutôt simple, mais les personnages sont beaux ensemble ; c’est peut-être stupide à dire sachant que je n’arrive à imaginer qu’une représentation partielle d’eux, mais je le répète, je trouve les personnages beaux ensemble. Leurs personnalités à tous s’accordent à merveille. Concernant la relation entre les protagonistes, Nastya et Josh, elle m’a totalement embarquée dans un univers à part : je me suis complètement sentie dans le garage de Josh, que je parviens très bien à m’imaginer. J’ai peut-être été parfois frustrée par les non-dits entre eux deux, mais cela fait totalement partie de l’histoire.

J’ai aimé que la place des prénoms soit aussi importante dans l’intrigue que dans la narration. Le roman est rédigé selon deux points de vue alternés (ceux de Nastya et Josh) ; il y a juste la dose de suspense nécessaire, l’écriture colle parfaitement aux émotions et au déroulement de l’histoire. L’auteur maîtrise à merveille cette façon de livrer au lecteur les pensées intimes des personnages, et cela contribue à l’attachement que l’on éprouve pour les protagonistes. J’espère vraiment que l’auteur écrira un autre livre, car je le lirai volontiers !

Ce qui rend ce livre si merveilleux et lui donne le titre de meilleure romance jeunesse-YA (même si la place est disputée avec le premier tome de Hors limites de Katie McGarry) est la profondeur de la réflexion sur la vie qu’il soulève. En marquant (surlignage sur la liseuse) tous les passages que je trouvais beaux et mémorables, c’est-à-dire des extraits qui évoquaient des réflexions générales sur la vie, le destin, le hasard, en somme mes passages préférés, j’ai pu remarquer qu’il y en avait beaucoup dans ce roman, parfois même mis en exergue au début des chapitres. Le passage que je préfère, auquel fait d’ailleurs allusion l’épilogue, est celui traitant de la mer de la Tranquillité, autrement dit The Sea of Tranquility, soit le titre original du roman. Alors, si je dois déplorer quelque chose dans ce livre, c’est probablement son titre, Tes mots sur mes lèvres, dont je ne vois pas le rapport direct avec l’intrigue, alors que le titre original est tellement plus poétique et complètement lié à l’histoire, ainsi que la couverture de la version française... le prochain livre VO que j’achète sera sûrement The Sea of Tranquility !

J’aurais tellement d’autre chose à dire, d’autres sujets à aborder comme le mutisme de Nastya, le caractère de Josh, qui est sûrement mon personnage masculin préféré, la psychologie derrière l’attitude de Drew, la place de l’art, de la création dans le livre, et ce sous toutes ses formes, mais la seule chose que je voudrais vous dire est de lire ce livre. Il est tellement fort que l’on pourrait oublier que ce n’est qu’une fiction. Dans tous les cas, attendez vous à être ému...

mercredi 7 juin 2017

[L'étagère dystopique] Black Eden - Ana Alonso & Javier Pelegrin

396 pages (Editions Milan – Collection Macadam) – 2.5/5




Martin, 15 ans, est un adolescent hors du commun. Son système immunitaire résiste à n'importe quelle maladie, Dédale, une puissante corporation qui fabrique des médicaments, le recrute. Le contrat : vivre sur une île paradisiaque avec pour seule obligation de se prêter à quelques petites expériences. Que du bonheur donc ? Pas si sûr...




« Vous ne comprenez donc pas ? Ces images, ces voix, ce ne sont pas des visions, mais des souvenirs !
-Comment ça, des souvenirs ?
- Ce sont des souvenirs du futur.
- C'est impossible. On ne peut pas se rappeler l’avenir. »


En bref... ma lecture a été assez laborieuse, et ne m’a pas enthousiasmée. Si l’univers très complexe peut être intéressant si tous les éléments étaient mieux exploités, l’écriture simpliste n’est pas adaptée à l’intrigue ni aux personnages. L’histoire met beaucoup trop de temps à s’installer, et les quelques révélations sont maladroites.


Sorti il y a quelque temps déjà dans une collection que j’affectionne, il m’avait fait de l’œil. Depuis, je l’avais un peu oublié mais, étant tombée dessus à la bibliothèque, j’ai saisi l’occasion de le lire. N’ayant pas d’attentes préalables, je ne peux pas dire avoir été déçue ; en tout cas, cette lecture ne m’a pas emballée. Loin de là même, puisque j’ai eu l’impression de ne pas avancer. Les pages se tournent vite mais il ne se passe rien... L’intrigue est basée sur la découverte des origines des personnages principaux, mais elle est statique, à huis clos pendant l’essentiel du roman. En tout cas, les découvertes ne sont pas suffisamment étonnantes pour rendre la lecture addictive. Pour preuve, l'extrait ci-dessus n'apparaît que dans la seconde moitié du livre...

En revanche, l’univers posé par ce livre est très intéressant. C’est un monde dystopique où des grandes compagnies commerciales, regroupant des grandes régions du monde actuel, définissent la politique du système. Et cela est très complexe. Trop complexe, car, par moments, certains éléments ne sont pas assez expliqués. Rien que la localisation géographique de certaines entreprises m’ont posé problème. Cela est vraiment dommage car, sur ce point, l’univers développé par les deux auteurs possédait un potentiel énorme !

Par contraste avec cela, le style d’écriture est trop simple. Cela rend la compréhension du livre (intrigue et univers) plus difficile, puisque les deux composantes principales de l’histoire ne coïncident pas. De plus, cela se reflète dans les caractères et comportements de personnages, âgés de quinze ans. Pourtant, ils agissent comme des personnes plus âgées tandis que leurs réflexions sont celles d’adolescents plus jeunes. Je n’ai d’ailleurs pas réussi à m’attacher aux personnages, hormis peut-être paradoxalement à Léo, un androïde, car il garde une part de mystère, contrairement aux autres.

En somme, c’est une lecture très moyenne, alors que certains points auraient pu être développés différemment, d’une meilleure façon. En plus des révélations maladroites, le contraste entre univers complexe et écriture simpliste n’a vraiment pas été agréable.