jeudi 25 mai 2017

[L'étagère à univers] Prince captif t2 - C.S. Pacat

415 pages (Editions Milady - collection Littérature) - 4/5

Alors que leurs royaumes sont sur le point d’entrer en guerre, Damen et son nouveau maître, le prince Laurent, doivent échanger les intrigues de palais contre la violence ouverte des champs de bataille. Contraint de dissimuler son identité, Damen est de plus en plus attiré par le dangereux et charismatique Laurent. Mais alors que la fragile confiance entre les deux hommes se renforce, les secrets de leurs passés risquent de leur porter un coup fatal…


« Pour obtenir ce qu'on désire, il faut savoir exactement ce qu'on est disposé à sacrifier. »


En bref... un tome que j’ai encore plus apprécié que le précédent, en raison de la présence de davantage d’action, mais pas de façon excessive. En parallèle, l’attirance entre les deux personnages les rend tous deux encore plus intéressants et en même temps énigmatiques, en espérant que le tome 3 réponde à toutes mes questions à leur sujet... Le point négatif a été la frustration que j’ai pu ressentir à cause de non-dits et d’occasions manquées, mais cela est peut-être intentionnel.


Après avoir lu le premier tome de la trilogie qui m’avait fait découvrir un univers très intrigant et innovant, j’avais hâte de me plonger dans ce deuxième tome et je n’ai pas été déçue, c’est peu de le dire : ce tome m’a encore plus enchantée que le premier tome. Alors que l’on avait entrevu la psychologie des personnages, le début étant très tourné torture psychologique, cela s’est confirmé ici par leur comportement ; est enfin intervenu ce qui manquait le plus au premier tome : de l’action, du mouvement !

On retrouve donc Laurent et Damen sur le départ pour le service militaire obligatoire de Laurent à la frontière avec Akielos, le royaume dont Damen est l’héritier. Damen l’accompagne comme son esclave mais Laurent lui fait la promesse de le libérer s’ils atteignent la frontière. En effet, Laurent se sait victime des complots de son oncle le régent, et compte sur l’intelligence et la force de Damen pour le protéger. A ce propos, ce tome joue beaucoup avec les sentiments du lecteur : on a l’impression que l’action met toujours Laurent en danger parce qu’il se jette dans des situations sans en mesurer les risques. Ce que l’on oublie alors, c’est que Laurent est lui-même imprévisible et très intelligent, perspicace, et, comme l’on suit le point de vue de Damen, on a toujours un pas en retard de lui. Puis, même physiquement, on se rend vite compte que Laurent n’est pas aussi faible, démuni que ce que l’on pensait. Cette explication est confuse mais, en bref, contrairement à ce qu’on ressent à prime abord, ce n’est pas Laurent qui est en position de faiblesse mais Damen, et le lecteur par la même occasion. On retrouve là la partie psychologique du premier tome, et cette continuité permet de bien lier la suite avec la pose de l’univers. En fait, si je devais qualifier cette série en un seul mot, ce serait : SUBTILITE.

Si j’ai parlé de la subtilité dans l’intrigue, on la retrouve de façon frappante (eh oui, bel oxymore que la subtilité frappante) dans le caractère des personnages, et d’abord chez Laurent. Je n’arrive pas à déterminer si je considère Laurent comme le personnage principal parce que telle est la volonté de l’auteur, ou parce que c’est le personnage que je trouve le plus intéressant (votre avis là-dessus ?)... Laurent est distant, froid et surtout imprévisible. Mais, apparemment, Damen parvient à apprivoiser Laurent, et cela devient de plus en plus flagrant. Cependant, on est toujours dans ce sentiment d’instabilité, de savoir si cela va jusqu’à la confiance ou non. En théorie, à cause de la révélation finale dans ce tome, cela ne devrait pas être le cas dans le dernier tome. Damen est plus facile à comprendre, et on peut imaginer qu’il est plus facile à vivre. Donc, après réflexion, cela a été dans la volonté de l’auteur de garder une aura de déséquilibre autour de Laurent, par contraste avec Damen et pour marquer la distinction entre leurs royaumes aussi. En ce qui concerne Damen, j’ai eu du mal à concevoir qu’il ne conserve plus que de façon ponctuelle sa volonté de fuite, pour retrouver sa place et son royaume. Peut-être cela va-t-il revenir par la suite ?

Donc, pour tout ce que j’ai pu dire, je tire mon chapeau à l’auteur, pour cet univers riche, la psychologie ultra développée des personnages et ces rebondissements qui surviennent à point nommé. Ainsi, je suppose que ce qui m’a le plus dérangée dans ma lecture a également été voulu par elle : la révélation finale, qui se fait en l’absence de Laurent. A de nombreuses reprises, alors que Damen se retrouvait seul avec un Laurent affaibli et qui baissait sa garde, il a continué à lui cacher son identité. C’est quelque chose dont je ne comprends toujours pas la signification, ce qui m’a à chaque fois frustrée. Mais bon, passons. Peut-être serai-je éclairée dans la fin...

Enfin, le dernier élément qui m’a dérangée est en lien avec le style de l’auteur, et plus particulièrement sa façon d’annoncer les moments d’intimité entre Laurent et Damen. Si les premiers sont réussis, les derniers paraissent déplacés, c’est-à-dire que je ne les ai pas vus venir, mais dans le mauvais sens : c’était maladroit et, à un moment même, j’ai cru que Damen était en train de rêver, et je n’ai compris qu’après ce qui s’était passé, ce qui est dommage parce que, en d’autres circonstances, ce genre de moments fait basculer une bonne lecture en coup de cœur. Donc bon, petit point négatif pour moi, mais ce n’est rien à côté de tout ce que ce livre m’a fait ressentir par ailleurs. Le troisième tome sera sûrement ma prochaine lecture en ebook tellement j’ai hâte de lire le dénouement (et ce n’est pas ma lecture actuelle car je voulais attendre d’écrire la chronique du tome 2 pour ne pas les confondre).


Ma chronique du tome suivant

2 commentaires:

  1. Je partage entièrement ton ressenti sur cette lecture !
    Concernant la volonté de fuir de Damen plus fluctuante que dans le premier tome, je l'ai comprise ainsi : Damen s'est engagé à escorter Laurent jusqu'à sa garnison frontalière, et à l'y amener vivant, et comme il est un homme d'honneur, il renonce momentanément à son désir de fuite... même s'il est parfois tenté de rejoindre son pays. Je ne sais pas si tu te souviens de cette scène (où rien n'est dit expressément mais juste suggéré, rejoignant ta référence à la subtilité du roman : Laurent et Damen ont été attaqués par un éclaireur akielonien, bientôt rejoint par le reste de l'armée ; Laurent se trouve en retrait et observe Damen, tenté de rejoindre les siens ; et finalement Damen reste fidèle à sa promesse malgré la tentation de s'échapper.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me rappelle cette scène, mais j'avoue que ce n'est pas celle qui m'a le plus marquée alors que, maintenant que tu l'expliques, elle représente totalement l'état d'esprit de Damen, partagé entre fidélité à son pays et promesse envers Laurent.

      Je suis ravie de lire ton commentaire ; au moins, je n'ai pas surinterprété ma lecture, le livre est ainsi écrit !

      Supprimer