vendredi 19 mai 2017

[L'étagère romantique] Les McGregors t1 - Karina Halle

439 pages (Editions Hugo & Cie - Collection New Romance) - 3/5


A 25 ans, Linden propose à Stéphanie le pacte suivant : si, à 30 ans, tous deux sont toujours célibataires, ils se marieront. James, leur meilleur ami, est exclut de ce pacte qui, les années suivantes, marquera leurs relations amoureuses respectives, et menacera leur amitié pourtant si forte.


« Je voulais quelque chose de réel, de vrai et de pur, et je n’en avais rien à faire si ça sonnait comme une niaiserie fleur bleue, parce que j’avais besoin de quelque chose qui donne un sens à ma vie. Je voulais Steph. Elle était ma meilleure amie. Elle était mon Baby Blue et j’étais son cow-boy. Voilà comment ce pacte idiot et naïf était né. »


En bref... cette lecture qui, à la lecture du résumé, s’annonçait plaisante a été quelque peu laborieuse... L’intrigue est lente, et les personnages ne m’ont pas ému. Je suis malheureusement restée assez froide à l’histoire en général.


J’attendais beaucoup de ce livre ; j’avais lu des critiques élogieuses, présentant le livre comme bouleversant, émouvant. J’avoue que j’ai été déçue que cela ne soit pas mon cas. Le résumé me présentait une intrigue innovante, basée sur le pacte entre Linden et Stéphanie. Dans le roman, on le retrouve dès le début, puis il reste présent comme une ombre qui plane sur leurs relations avec tous les autres personnages : James, leur meilleur ami, mais surtout leurs compagnons respectifs (Owen, Aaron, Nadine).

Malheureusement (à mon avis), le pacte devient secondaire. La priorité est donnée aux relations amoureuses : normal, me direz-vous, puisque le pacte est censé combler l’absence de relations amoureuses. Ce qui m’a le plus dérangée est le comportement et les réactions des protagonistes dans leurs relations. Evidemment, rien n’est facile, et on n’accroche pas toujours avec les personnes avec qui l’on sort, mais il m’a manqué du réalisme, de la vraisemblance. Alors que le début du livre passe très rapidement sur les premières années (25 à 28 ans), il s’attarde ensuite sur les 29 et 30 ans des personnages. Mais, à cet âge-là, je me serai attendue à plus de maturité de leur part, alors que, à certains moments, leurs réactions étaient les mêmes que celles d’un adulte de 20 ans. Je pense que c’est principalement à cause de ce décalage que l’histoire n’a pas suscité chez moi le torrent d’émotions attendu.

Et pour cela, j’ai attendu. Ma lecture ne m’a pas du tout motivée à vrai dire. L’écriture par points de vue alternés permettait parfois de redonner un peu d’élan à des questionnements des personnages qui restent sans réponse. Car, à travers ce livre, Karina Halle a souhaité décrire l’état d’esprit des adultes célibataires de 30 ans (c’est ce qu’elle indique dans ses pages de remerciements, qui permettent d’éclairer la lecture). N’ayant pas atteint cet âge, je ne sais pas si l’on traverse une telle phase d’interrogations, en tout cas, je n’ai pas réussi à adhérer, d’autant que les personnalités des protagonistes sont cachées par leurs doutes. On effleure plein de choses, comme le passé de Linden, sa famille, qui mont beaucoup intriguée, mais cela n’est pas approfondi.

En tout cas, Linden est le personnage qui m’a le plus intéressé, et j’espérais en savoir plus sur lui dans le tome suivant – jusqu’à ce que je découvre que le tome suivant parle d’un autre couple. Mais, peut-être qu’à travers Bram, le frère de Linden, il est possible d’en apprendre plus sur leur famille en général ? James aurait pu m’intriguer davantage, mais, bien qu’il fasse partie du trio de meilleurs amis, il est laissé en marge et relégué au rang de personnage secondaire, notamment par le fait que le livre ne traite pas son point de vue. Enfin, je dois avouer que je n’ai pas accroché à Stéphanie. Ce fut donc une longue lecture décevante alors que le cœur de l’intrigue avait un certain potentiel.

2 commentaires:

  1. Dommage que cette lecture n'est pas collé, j'espère que les tomes suivant seront plus convaincant pour toi.
    Pour ma part, ce n'est pas mon genre de lectures :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute bien que ce n'est pas ce que tu lis habituellement et, pour commencer ce genre, j'aurais du mal à te conseiller celui-ci...

      Supprimer